Partager :

Le « bore-out » est un phénomène en plus en plus pris au sérieux dans les entreprises. Pour ces dernières, maintenir la motivation de leurs salariés peut rapidement devenir un vrai chemin de croix. Mais avant d’agir, il s’agit au préalable de reconnaitre ces signaux, synonymes de démotivation au travail. Une mission pas toujours évidente.

Saviez-vous que l’ennui au travail peut rendre un salarié malade ? Au même titre que le « burn-out » (syndrome d’épuisement professionnel), le bore-out est un véritable bourreau pour la productivité et le bien-être des entreprises. Selon une étude du cabinet international de recrutement Robert Half, seul 25% des managers français interrogés estiment que leurs équipes ne s’ennuient jamais dans leur job. Mais le rapport va plus loin et décrypte l’ensemble des facteurs propres qui génèrent de la lassitude au travail.

Ces signaux synonymes d’ennui au travail qui doivent alerter les managers

Le rapport du cabinet Robert Half est très clair, la démotivation se fait de manière progressive. Les premiers générateurs de spleen dans le boulot viennent du manque de diversité des tâches à accomplir et du manque de défi dans les missions dans 35% des cas. Des réunions trop nombreuses et chronophages ainsi qu’un manque d’intérêt de la fonction sont responsables dans 30 et 25% des bore-out dans le travail.

Ces différents éléments se manifestent de différentes façons dans l’activité quotidienne du collaborateur.

  • Une baisse de la productivité

Généralement, elle apparaît d’un seul coup et sans raison apparente. La baisse de productivité se concrétise de plusieurs manières selon la nature et les missions du poste. Pour un cadre par exemple, un manque d’application dans les tâches à accomplir témoigne de cette lassitude.

  • Un comportement agressif

On entend par comportements équivoques toute attitude, inhabituellement soumise ou agressive, de la part du collaborateur concerné. Des remarques revendicatives ou tournées à la dérision ne doivent pas être prises pour du défoulement.

  • Un repli sur soi

C’est l’un des signes les plus systématiques. Le collaborateur n’a plus aucun échange professionnel avec ses collègues et reste de marbre face aux difficultés que l’équipe est susceptible de rencontrer.

  • Un absentéisme à répétition

Là encore, c’est un des signaux classiques dans les entreprises. Un employé qui s’absente de plus en plus souvent signifie qu’il s’ennuie à son travail.

Pour une entreprise, la démobilisation de ses salariés est destructrice à la fois pour son chiffre d’affaires mais aussi pour son image. Selon l’étude du cabinet Robert Half, en 2018, 65% des salariés français se disent démotivés contre 9% qui au contraire se disent heureux dans leur job. Pour le manager, stimuler la motivation est complexe. Celle-ci n’est pas uniforme et varie en fonction d’un salarié à un autre ou en fonction d’un contexte précis.

Les moyens d’action pour contrer le bore-out

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le désengagement au travail est en croissance exponentielle dans l’hexagone. Pour les managers et RH, le processus de remotivation des troupes passe par différentes missions. Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les talents et les ambitions de chacun. Un collaborateur conscient que l’entreprise peut contribuer efficacement à sa carrière sera plus à même de montrer son dévouement. Pour les RH, il s’agit de définir ces objectifs d’évolution en corrélation avec le salarié. Mais ce travail de remise en question se fait également par le collaborateur. Suis-je heureux dans mon poste ? Qu’est-ce que je peux faire pour améliorer la situation ? Est-ce que je serai forcément plus valorisé dans une autre entreprise ? Autant de réponses que seul l’individu est habilité à répondre.

Partager :