Le télétravail est perçu comme une véritable révolution par une grande partie des salariés français. Près de 17% d’entre eux travaillent exclusivement à distance et se disent plus heureux de la sorte. Perçue comme essentielle à la qualité de vie au travail, la mobilité reste encore largement une source de nombreux préjugés. Cette méfiance encore très forte dans les entreprises dues à certaines difficultés d’adaptation et une méconnaissance des avantages du télétravail.

 

Les préjugés règnent en matière de mobilité au travail

En matière de productivité, le travail à distance est particulièrement pointé du doigt. Pourtant celle-ci favorise un certain nombre de missions qui nécessitent une concentration importante. Certains environnements de travail ne sont pas toujours idéals pour la réalisation de certaines tâches. Le travail à distance devient source d’une productivité accrue pour ce type de missions.

L’autre défaut désigné relève de la mise en danger des données. Utiliser son ordinateur de travail hors des murs de l’entreprise nécessite une certaine prudence. Pour dissiper cette crainte de l’employeur, il devient nécessaire de travailler en connexion privée, dans un espace clos et ne pas évoquer certaines données. La confidentialité relève de la moralité de chacun hors des locaux de l’entreprise.

Le télétravail ne menace pas la cohésion de l’équipe bien au contraire. Le cloud, les réseaux sociaux d’entreprise et autres moyens de communication interne favorisent le partage en tout temps et tout lieu. Il suffit d’intégrer la mobilité dans la culture de l’entreprise, et de donner dans la mesure du possible, les bons outils à chacun pour travailler dans les meilleures conditions à l’extérieur de l’entreprise.

Le travail à distance fait d’un salarié un bourreau du travail ou le pousse à négliger son travail. Au départ, celle-ci est due au désir d’équilibrer vie professionnelle et vie privée en choisissant son lieu de travail et en organisant son temps. Cette satisfaction du collaborateur doit générer de la productivité à l’entreprise et non le contraire.

 

La mobilité au travail doit être encadrée

Mais restons lucide, ce n’est pas chose aisée pour une entreprise de piloter ses collaborateurs à distance. Toute la difficulté réside à conserver la productivité et la motivation de chacun dans un contexte extérieur à l’entreprise. La transition ne s’invente pas, mais se prépare. Voici quatre étapes à respecter pour optimiser le travail à distance de chacun.

 

  1. Identifier les éléments aptes à télétravailler

C’est un fait, tout le monde ne peut pas travailler à distance et ce pour plusieurs raisons. Certains postes par exemple, nécessitent une présence physique (accueil, encadrement etc…) ou encore des outils uniquement disponibles dans l’entreprise.

Mais il s’agit de faire aussi le point sur les autres collaborateurs dont les tâches peuvent se faire à distance. Un salarié qui se montre autonome au quotidien est capable de conserver une productivité constante à distance. Un élément fondamental pour l’entreprise n’est pas forcément naturel chez tout le monde. C’est désormais à vous, managers, d’identifier les salariés concernés.

 

  1. Organisez votre équipe en amont

Par exemple, bouclez les réunions et les décisions collectives pendant la présence de tout le monde peut s’avérer judicieux. Les échanges de visu restent plus efficaces lorsque le nombre de participants est important. C’est également le moment de fixer les objectifs de chacun pendant cette période. L’objectif est de permettre à chacun de pouvoir travailler à distance en totale autonomie.

 

  1. La confiance c’est la clé

C’est sans doute le plus important, il est indispensable de faire confiance à son équipe lors des phases de télétravail. Etre constamment derrière le dos des salariés n’a jamais été une solution viable et laisser un temps d’adaptation à chacun peut s’avérer nécessaire. Ecoute, diplomatie et compréhension seront vos maitres mots.  Dites-vous que le télétravail est dans l’ère du temps et les entreprises adaptées à ce système ont indéniablement une longueur d’avance.

 

Le télétravail, un droit nouveau du salariat

La loi du renforcement du dialogue social mise en place par les ordonnances Macron en septembre 2017 donne la possibilité à tout salarié dont le poste le permet de pouvoir télétravailler.

Dorénavant tout salarié qui souhaite travailler à distance doit en informer son employeur par tout moyen (accord oral, courriel…). En cas de refus l’employeur doit motiver sa décision.

Aujourd’hui plus de 60% des français aspirent au travail à distance de manière régulière mais moins de 20% le font réellement. Un chiffre qui témoigne du manque de confiance et de l’incapacité des entreprises à mettre en place le système.