La révolution numérique ce n’est pas nouveau. En 20 ans les nouveaux outils technologiques ont totalement modifié nos habitudes de consommation. Aujourd’hui 8 français sur 10 se connectent tous les jours sur internet. Cette toute puissance du digital occupe désormais une place primordiale dans le monde du travail.

Synonyme de progrès, la révolution digitale est devenue omniprésente dans nos sociétés modernes. La numérisation et l’automatisation alimentent l’espoir d’un certain confort au travail tout autant que la crainte d’un futur sans emploi. Aujourd’hui, les chiffres sont sans équivoque, le numérique crée du travail mais en détruit également. Le phénomène va s’accentuer et le monde professionnel va profondément changer dans les dix ans à venir.

La destruction des métiers par la numérisation, deux familles s’opposent…

L’homme substitué par la machine devient progressivement une réalité. Le secteur industriel est particulièrement touché par la vague d’automatisation. Aujourd’hui, aux Etats-Unis l’introduction d’un robot détruit 5 à 6 emplois dans une usine selon une étude des chercheurs du MIT et de la Boston University. Mais la transformation du travail ne s’arrête pas là et certaines études annoncent d’ores et déjà que tous les secteurs d’activité vont être impactés. Des innovations telles que l’Intelligence artificielle, la robotique, l’impression 3D ou encore le Big Data vont transformer les métiers dans l’agriculture, l’industrie mais aussi la santé et les services. Les « pessimistes » de la numérisation estiment que la moitié des emplois vont disparaitre dans les pays développés et émergents d’ici 2030.  Selon une étude IPSOS, plus de 90% des actifs âgés de 18 à 65 ans sont conscients de cette transformation du monde professionnel. Sans surprise, l’étude révèle que les séniors, les personnes des CSP –  et les personnes sans diplômes considèrent respectivement (39, 34 et 35 %) que ces évolutions représentent une menace pour l’avenir du travail.

En Janvier 2017, le conseil de l’orientation pour l’emploi (COE), publie son rapport sur l’automatisation et la numérisation de l’emploi. Ce dernier minimise les statistiques. Selon le COE, moins de 10% des emplois existants présentent véritablement un risque de disparition à cause des évolutions numériques. Le rapport ne nie pas le fait toutefois que rien ne garantit que la révolution digitale ne soit pas plus rapide que les prévisions. On ne peut véritablement pas savoir à quelle vitesse les innovations vont se diffuser. Au contraire, le progrès technologique favorise l’emploi qualifié et s’il y a une menace, elle se situe uniquement sur les métiers nécessitant très peu de qualifications. Toutes ces innovations pourraient au contraire être à l’origine de créations de nouveaux métiers. Un avis partagé pour 30% des actifs âgés de 25 à 34 ans, de CSP+ et qualifiés selon l’étude IPSOS.

La révolution digitale créatrice de nouveaux métiers

Il y a encore 10 ans, le Community manager n’existait pas. Aujourd’hui, il est devenu incontournable dans les entreprises. Les nouvelles technologies permettent l’émergence de nouveaux métiers. Selon le futurologue américain Thomas Frey, « 60% des métiers des 10 prochaines années n’ont pas encore été inventés ». D’autres enjeux à fois sociétales, sociales et environnementales vont accentuer le phénomène. Tous ces nouveaux jobs vont nécessiter des compétences spécifiques directement liées aux innovations numériques.

Un agriculteur urbain par exemple devra élaborer des fermes construites en ville grâce à des compétences techniques en énergie solaire, en conception de l’éclairage ou encore en botanique. Une vraie chance pour les villes à cause de l’urbanisation massive et certaines entreprises spécialisées. Un analyste KYC (Know Your Customer) sera très utile pour les banques et assurances. Un conseiller en robotique sera capable de vous guider dans le choix de votre robot à usage professionnel ou domestique. La grande distribution et les magasins spécialisés ne pourront plus s’en passer. Des nouveaux métiers en Ingénierie dans les domaines du médical des biotechnologies ou de la méthanisation vont éclore pour le plus grand bonheur des industries de tous secteurs. La démocratisation de technologies comme le Big Data, la Blockhain ou la réalité virtuelle vont vraisemblablement créer de nouveaux métiers dans l’informatique.

C’est un fait, le marché de l’emploi va connaitre de profondes mutations. Si l’on peut craindre une disparition massive de métiers peu qualifiés, à contrario la numérisation va permettre l’essor de jobs à forts valeurs ajoutés. Aujourd’hui, le véritable enjeu se situe sur la formation qui se présente plus que jamais comme l’avenir de l’emploi.